Qu’est-ce que l’assurance retraite ?

Avez-vous déjà entendu parler des différentes façons d’assurer le système des retraites ? Il existe en effet deux grandes manières d’assurer l’organisation des retraites. Il est effectivement possible de l’organiser de manière capitalisée, c’est-à-dire que les personnes travaillant cotisent directement pour leur retraite, ou alors par répartition, c’est-à-dire que chaque personne travaillant participe à l’effort global de la retraite. De cette manière, les plus jeunes cotisent pour la retraite des plus vieux, et quand de nouvelles générations feront leur apparition, ce sera leur tour d’assurer la retraite des personnes les plus âgées. Mais au fait, qu’est-ce que l’assurance retraite ? Comment est-elle réellement financée en France ? Que permet-elle et, surtout, à quelles populations s’adresse-t-elle ?

Pour répondre à la question de qu’est-ce que l’assurance retraite, il faut d’abord s’intéresser à la façon dont celle-ci s’organise intérieurement. Elle dispose ainsi de trois catégories regroupant donc trois régimes de retraite : on y retrouve le régime des salariés du privé, le régime des fonctionnaires et, enfin, le régime des non-salariés (qui recoupe plusieurs sous-régime, selon que les personnes concernées soient issues des professions libérales, soient agricultrices, artisanes ou commerçantes). Néanmoins, derrière ces trois régimes généraux se cachent plusieurs centaines de régimes classiques, et même plusieurs milliers de régime afin d’assurer une complémentaire de retraite. C’est donc un système compliqué qui cherche, dans son but, à répondre aux attentes de toutes les personnes existantes.

Mais répondre à la question de savoir qu’est-ce que l’assurance retraite, il faut surtout s’intéresser à son financement. Comme on a pu le développer dans l’introduction, l’assurance retraite peut être financée sur le principe de la capitalisation, ce qui n’est pas le cas en France, qui se base sur le régime de la répartition. En même temps que vous financez la retraite des personnes plus âgées, vous cotisez également pour la vôtre : c’est donc à dire que ce n’est pas directement votre argent qui vous sera versé à la retraite, mais que vous obtenez des droits à la retraite en échange du travail que vous fournissez. L’intérêt de ce système est qu’il est davantage égalitaire : effectivement, le système par répartition empêche d’avoir une assurance retraite avec des personnes ayant eu un boulot fortement rémunéré – et qui auront donc une bonne retraite – là où d’autres personnes ayant eu des situations précaires ne parviendront pas forcément à s’en sortir.

Afin de calculer votre droit à la retraite, l’assurance vieillesse va donc calculer toutes vos cotisations au cours de votre vie, en prenant bien sûr en compte des paramètres qui ne seraient pas pris en compte dans une assurance vieillesse au système de capitalisation. Ainsi, si vous avez eu des périodes de chômage, de maladie, ou encore de maternité, vous aurez des droits également, certes plus restreints, mais présents. L’assurance vieillesse couvre donc toutes les personnes ayant travaillé sur le territoire national, mais ne se révèle pas suffisante pour certaines catégories de personnes, notamment les salariés du secteur privé. Ces derniers sont donc tenus de cotiser également auprès de complémentaires retraites obligatoires, qui leur permettront d’obtenir une pension supplémentaire.